Nos enseignements de 2018 sur la mise en œuvre de la compensation agricole

Après une année d’activité, CETIAC en est à l’heure du bilan, et nous souhaitions le partager avec vous.

Commençons cet article sur les perspectives en vous souhaitant une belle et riche année 2019.

Une première année 2018 captivante chez CETIAC

Aussi n’hésitez pas, si vous le souhaitez, à nous partager vos ressentis, nous saurons nous adapter pour 2019.

-> Faites-nous passer votre message ici

Chez CETIAC, nous sommes ravies de cette première année passée à vous accompagner et à résoudre les questions, et parfois même les challenges, posés par la mise en œuvre de ce nouvel ovni qu’est la compensation agricole : qui y est soumis ? comment faire ? comment répondre aux attentes des CDPENAF qui changent d’un département à l’autre ?

Vous avez été nombreux à nous solliciter, et nous vous en remercions. Pour beaucoup, il s’agissait d’une première expérience en compensation agricole collective.

Nous espérons avoir réussi à vous accompagner et à répondre à vos attentes.

En 2018, nous avons travaillé sur :

Une quarantaine de projets diversifiés tant par leurs caractériqtiques propres que par les enjeux qu’ils soulèvent : ZAC, énergies renouvelables, entrepôts logistiques, zones commerciales,infrastructures et même stations de ski, et digues… Autant d’occasions de rencontrer des personnes de tous profils et de tous métiers, qui nous ont énormément enrichies.

Références de 2018 CETIAC

CETIAC se déplace là où vous avez besoin de nous.

Ce que nous retiendrons de 2018 :

  • Un grand panel de filières et de régions, l’approche opérationnelle et très locale liée à l’échelle à laquelle nous travaillons permet de vraiment cibler les conséquences sur les territoires des grandes dynamiques agricoles. Nous avons travaillé autant sur les productions traditionnelles que sur les nouvelles filières comme le chanvre, le miscanthus, la truffe… Le système agricole est bien en mutation et les initiatives/démarches que nous rencontrons sont porteuses de sens.

  • Des adaptations locales du Décret qui commencent à se structurer. Vous avez pu le voir via la carte des seuils que nous mettons à jour régulièrement, que les seuils peuvent évoluer suivant les secteurs. Certains départements vont même plus loin avec l’adoption de doctrines et d’outils particuliers :
    • Le Gard par exemple a choisi de cibler les efforts de compensation sur la reconquête des friches,
    • Une fond de compensation en Ile-de-France, ceux en réflexions (en Pays de Loire et dans les deux Savoies), des guides détaillés aidant les porteurs de projet en précisant les attentes des services instructeurs…

  • L’approche du sujet de la compensation : est-elle une chance pour l’agriculture, mais aussi pour les maîtres d’ouvrages ? Les premières études préalables agricoles se sont souvent faites dans l’urgence, l’incompréhension, et parfois la crispation (renchérissement du coût des projets). Toutefois, petit-à-petit, nous avons vu apparaître des dynamiques plus positives/vertueuses : certains d’entre vous ont découvert les dessous de l’agriculture locale, et ont été heureux de contribuer à des projets structurants pour les territoires ; d’autres ont pu consolider leurs partenariats avec le monde agricole et les collectivités ; d’autres enfin s’inscrivent résolument dans l’innovation et l’agriculture de demain.

Nous essayons d’améliorer tous les jours notre raisonnement méthodologique et nous avons maintenant un retour d’expérience riche que nous manquons pas de partager.

Ce premier bilan fait, que penser de 2019 ?

En premier, développer encore le travail d’équipe :

  • En interne et pour continuer à vous accompagner sur-mesure, permettez-nous de vous présenter :

    Lise Watier, notre nouvelle consultante !

    Lise WATIER

    Lise est arrivée en fin d’année 2018 avec un bagage qu’elle sait partager avec nous et avec vous. Vous en saurez un peu plus sur notre équipe et sur notre vision ici.

  • Nous allons aussi développer des liens de plus en plus forts avec nos partenaires (naaturalistes, urbanistes, AMO…) avec lesquelles nous avons pros plaisir ) travailler. Continuons à allier nos compétences complémentaires !

Ensuite, évoquer les perspectives pour 2019 avec dès à présent ce que nous suivons de près :

  • Les initiatives portées par les collectivités pour mutualiser les mesures de compensation lorsque plusieurs projets sont concernés. Ces démarches construisent une véritable stratégie de compensation et permettent d’anticiper les effets sur le territoire et de limiter le cumul. Des acteurs privés que nous avons rencontrés ont aussi cette démarche volontaire. Nous soutiendrons ces initiatives qui vont au-delà de l’aspect réglementaire !

  • Approfondir les réponses aux questions : Comment tenir ses engagements sur la mise en place des mesures de compensation ? Quel suivi, quelle évaluation, quelles conventions, quels outils financiers mettre en place pour garantir que l’investissement réalisé aura les retombées économiques attendues sur le territoire ?
    • A suivre dans un prochain article …

Nous vous remercions de nous avoir rendu visite sur le site en ce début d’année, au plaisir d’échanger. 

Nos meilleurs vœux pour 2019,

Julie, Margot et Lise